Taizé

by - 8.2.14

Grâce à mon lycée, j'ai eu l'opportunité de passer une semaine à Taizé, communauté oeucuménique située en Bourgogne, France. Tous les rhétoriciens de mon école (donc les dernières années) passent une semaine de retraite pour réfléchir, se poser. Il y a plusieurs choix : retraite services (home, Restos du coeur, centres pour handicapés, etc) et retraites intériorité. Le thème intériorité est divisé en deux parties : nous pouvions aller dans des monastères ou plus dans des sites communautaires. Je suis donc partie à Taizé.

Et c'était tellement magnifique que je me demande comment c'est seulement possible !



Taizé, c'est...

Du silence :

Je n'ai jamais été autant frappée par le silence. Dans ce petit coin perdu de la campagne française règne un silence bienvenu et paisible - seulement perturbé par nos chants et nos cris d'adolescents débiles et fous... ;) Ca fait du bien au cerveau, sérieusement.

De la bouffe :

La vie étant rythmée par les offices et les repas, difficile de ne pas passer son temps à manger. Quand on ne mange pas, on mange quand même ! Aux trois repas principaux (petit déjeuner, dîner, souper), on vous sert un plateau bien garni ! Une bonne grosse louche du plat principal - souvent des petits pois et carottes, pommes de terres, pâtes, riz au maïs (sauf le matin, où il n'y a que du pain et de la confiture) -, une tranche de pain, un carré de fromage, un fruit, un yaourt, un biscuit, un bol de soupe. Jamais obligés de tout prendre ? Bien sûr, mais ça se mange tout seul ! Et le pire dans tout ça, c'est que c'est relativement bon ! Du coup, on s'empiffre. Dur dur la vie.

Des offices et des chants :

La spécialité de Taizé, c'est son choeur de 100 frères qui chantent dans une harmonie parfaite de nombreux chants dans toutes les langues beaux, simples, courts et répétitifs, de sorte que l'on peut aisément se joindre à eux pour chanter. Il n'y a que ça ou presque pendant les offices. On sent les voix vibrer en nous, c'est magnifique, à couper le souffle.

Des nouvelles rencontres :

Taizé est une communauté très internationale, aussi des gens du monde entier y viennent passer du temps pour se reposer, réfléchir. En été la communauté accueille parfois jusqu'à plusieurs milliers personnes ! J'ai rencontré de nombreuses personnes venant de Hollande, République Tchèque, Allemagne, même de Corée du Sud et d'Australie ! C'était vraiment génial. Parce qu'à Taizé on est soi-même. Lors des groupes de partage organisés le matin, c'est l'occasion de discuter avec des gens de tous les horizons différents et donc aux pensées différentes autour de questions à thèmes données par un frère de la communauté. Après les travaux et tâches de l'après-midi, vous allez vous asseoir dans le réfectoire principal pour prendre un thé ou un cacao avec des biscuits. Vous vous asseyez en face de quelqu'un et vous demandez "Hey ! So where are you from ?" et la conversation est lancée. La simplicité de la conversation que l'on peut avoir - parce qu'en anglais et pas dans sa langue maternelle, langue que tout le monde maîtrise assez pour parler, mais jamais parfaitement - est merveilleuse. On en apprend plus sur la vie et les gens dans ce type de discussion que n'importe où ailleurs selon moi. Priceless ♥

Des amitiés :

Ca vous concernera moins, mais j'ai eu l'opportunité et la chance de lier des liens super forts avec les autres gens de mon lycée qui sont partis avec moi à Taizé, et ça, c'est inestimable !

♥ Taizé 2014 ♥



La touche perso (comprenne qui pourra) :

Des petits Belges à Taizé et... 
des Tchèques, des Hollandais, un Australien, des Tchèques, des Coréens, des Allemands, des Suisses, des Tchèques, des Français, des Tchèques qui rigolent tout le temps, des petits pois et carottes, du lait en poudre, des mauvaises traductions (Les Pharaons? Les Pharisians? Aaah d'accorrr, les Pharisiens!), du mauvais cacao, des doubles matelas, du thé trop sucré, des "cookies" > tchek biscuits?, des douches brûlantes, des partages, des chants, des rimes en -ey (on a nettoyey les wcey posey à taizey) des rires, des (rêves de) steak frites, des rencontres, des beaux suédois, des oulalas de Frère Benoît, des photos, des cheveux gras (El traductorrrr), des lavages de toilettes, de l'anglais, de la musique, des partages, des silences, des nettoyages de couloir extérieur ou de prairie, des "Let it Clean" et "What shall we do with the dirty toilets? Hey, ho, let's go clean them!", des discussions sur la vie, des heures de car, des pots de sel - et de la spécialité de la Belgique qui est donc, le sel -, des cracottes, des questions existentielles (Qu'aimes-tu ? Manger. Qu'attends-tu ? Manger. Que veux-tu ? Manger. Du steak. Avec des frites.), des mouchoirs, des promenades à la source qui ne cascade plus, du soleil, des vaisselles à El Abiodh, des cuillères et des plateaux qui penchent, des hmmhmm, I see,...
Enfin bref, Nebojte se, radujte se, Kristus slavny vitaz z hrobu stal!
:D

You May Also Like

0 commentaires