Chronique Cinéma #3

by - 2.3.14



Le retour de la Chronique Cinéma du mois de février ! Même si on est en mars... Un mois court, mais ce n'est pas pour ça que je manque de temps pour regarder des films, héhé ;) Enjoy !

Films vus en février 2014
  • Nos jours heureux (revu) - 5/5
Bien que ce ne soit pas du tout le type de film que j'aime regarder en temps normal (disons que je ne choisirais pas celui-là parmi une sélection diversifiée), cette comédie française est tellement tordante que je me laisse volontiers tenter lorsqu'on me la propose. Remplie de répliques cultes, elle vaut la peine d'être vue ! (Package Taizé**)
  • La famille Jones - 2,5/5
J'avais déjà entendu parler de ce film avant de le voir et sérieusement, j'ai été un peu déçue. L'idée est géniale, mais aurait pu être mieux exploitée. Le film tourne en rond, il ne s'y passe presque rien sinon des choses horribles, et c'est beaucoup moins drôle que ne l'annonçait la bande-annonce. Décevant ! (Package Taizé)
  • L'âge de glace 1 (revu) - 4/5
A nouveau, ce n'est pas le genre de films que j'adore regarder. L'âge de glace est même tellement culte qu'il finit par m'énerver (qui veut écarteler Scratch pour qu'il finisse par avoir son gland, une fois au paradis, non de... !?). Néanmoins, cela faisait fort longtemps que je ne l'avais plus vu et ce fut fort agréable, malgré que toutes les vannes sont connues par coeur et que c'est clairement de la soupe enfantine cuisinée toute prête, si j'ose dire. Dans le même style que Madagascar ou Toy Story... (Package Taizé)
  • Le Hobbit 1 (revu) - 5/5
Même si j'ai dormi durant la moitié, je ne me lasse pas vraiment du Hobbit. Comme tout Peter Jackson qui se respecte, il comporte son lot d'aventures, de péripéties complètement absurdes, de personnages attachants et complexes, d'un héros mi-lâche mi-courageux comme on en fait des centaines. Pourtant, je semble adorer ça... (Package Taizé)
  •  Vacances à la grecque - 3/5
Film pré-mâché et cliché, ce n'est vraiment pas un de mes favoris. Il recycle encore une fois tous les stéréotypes de la Grèce moderne et touristique, et franchement, on l'a déjà assez vu. Ajoutez à ça une histoire de bête hirsute et mal rasée transformée en prince charmant galant et propre à la fin du film, et vous avez fait le tour.
  • Les fragments d'Antonin - 4/5
Dans le contexte de l'après-guerre, Les fragments d'Antonin est un film beau et poignant à la fois, bien qu'un peu lent et sans issue. Il raconte l'histoire d'Antonin qui, traumatisé par les horreurs de la guerre et des tranchées, est interné dans un hôpital spécialisé où il revit sans arrêt des scènes de sa vie à travers des gestes spasmodiques. Triste à souhait, une belle histoire d'amour à la clé, bouleversant. Très bien !
  • Ne le dis à personne - 3/5
Inspiré du génial thriller d'Harlan Cobben, ce film français m'a fortement déçue. Il met en scène François Cluzet avec encore quelques cheveux bruns, mais on l'a déjà vu bien meilleur, comme par exemple dans Intouchables. L'action est là, mais molle, l'intrigue aussi, mais incompréhensible, et les dialogues et péripéties qui servent de décors au scénario sont sans intérêt ni profondeur. Je vais lire le livre, pour restaurer ma foi en ce thriller très connu et largement (bien) critiqué.


SPECIAL SERIES :
  • Person of Interest, saison 2 - 4/5
Voir l'article dans la Chronique #2 ! Je continue de suivre la série avec avidité !
  • Game of Thrones, saison 2 (revu) - 4/5
De même, je continue de suivre la série. Voir Chronique #2.
  • Game of Thrones, saison 3 (revu) - 3/5
Je continue de regarder Game of Thrones avec mon petit frère cette fois et non plus seule (non, je ne le pervertis pas, il a choisi de regarder...). La saison 3 est selon moi nettement moins bien que les deux premières. Beaucoup de personnages sont agaçants et les dialogues futiles. On nous fait passer le temps avec des idioties après la grande bataille de la fin de la saison 2. Le suspense retombe, l'engouement aussi. Sans spoiler, les deux derniers épisodes sont les seuls qui peuvent se targuer de remonter la pente descendante de la série - de par le choc intergalactique qu'ils ont créé dans la planète des fans... On espère qu'ils feront mieux pour la saison 4 (sotie le 6 avril sur HBO !). 
  • Suburgatory, saison 1 - 5/5
Déjantée, exagérée, parodie parfaite de toutes les séries "déboires de High School", cette sitcom dérisoire et drôle est à voir absolument ! Elle raconte le quotidien de Tessa et son père célibataire qui, New Yorkais bien entamés, partent vivre en banlieue pour "le bien" de la jeune fille. Cependant, l'adaptation à une petite vie bien rangée dans une banlieue chic et calme ne sera pas de tout repos, pour Tessa comme pour son père, qui débarquent partout, usent de leur humour cynique à tort et à travers, et sont aussi maladroits qu'attachants.



* Il faut savoir que les notes que j'accorde ne sont pas une moyenne sur base d'une étude approfondie du film à travers une multitude de critères mais plutôt une petite note que j'attribue juste après avoir vu le film sur base de mon ressenti. Il y a moyen de développer plus pour chacun... et en aucun cas elle n'est totalement irrévocable.

** Les films Package Taizé ont été regardés dans le car, en route ou de retour de ma retraite rhéto. Oui, on a regardé beaucoup de films, 10 heures à tuer à l'aller et la même chose au retour, que voulez-vous...?

Le film du mois

Les oiseaux 
&
Psychose

Alfred Hitchcock

Enfin, enfin ! Un nouveau pas de franchi dans ma vie de cinéphile. Et plutôt grand, ce pas ! Un petit pas pour l'homme, mais un grand pas pour moi ! Comment ça je m'emballe ? Bref.

Me revoilà avec la chronique du mois, et cette fois, j'introduirai non pas un mais deux films, parce que vus l'un à la suite de l'autre, parce que tous les deux l'oeuvre du grand et très célèbre Alfred Hitchcock.

Ils font partie de ces films qu'il faut voir au moins une fois dans sa vie pour ne pas mourir idiot. Du moins c'est ce que répète le commun des mortels. Mais pourquoi, après tout, ont-ils eu droit à un tel encensement de la part des amateurs du petit et du grand écran ?

Alfred Hitchcock était passé maître dans l'art du suspense, du thriller haletant, du poids qui pèse sur les épaules et de la boule dans la gorge qui ne veut pas s'en aller tout au long du film. Psychose (1960) et Les oiseaux (1963) font partie des plus grands films du réalisateur anglais. Retour sur chacun d'eux.

Psychose, ou quand le film porte bien son titre. Une jeune femme un peu esseulée fuit un vendredi après midi après avoir volé 40 000 dollars à son patron. Elle en a des sueurs froides, et finit par s'arrêter dans un motel désert pour passer la nuit. Celui-ci est gardé par Norman Bates, un garçon l'air a priori avenant et sympathique, un peu seul cependant, qui s'occupe de sa mère malade, cloîtrée dans leur grande maison au-dessus de la colline...

Les oiseaux, c'est l'histoire d'une autre jeune femme (on reste dans les standards de Hitchcock) qui, ayant rencontré un homme charmant et mystérieux chez un oiseleur, décide de se rendre jusque dans son village pour le revoir. Mais petit à petit, une série d'évènements incongrus et étranges se produisent dans la petite ville isolée, et personne ne sait qui en est la cause...

Les films, brillants et prenants, suscitent un imbroglio de questions en nous qui ne nous quittent qu'une fois le générique entamé. Hitchcock est doué, surtout dans l'art de faire basculer l'intrigue d'un claquement de doigts. On commence avec une question que l'on pense un peu niaise, on se demande si tout de même, le film va nous captiver tant que ça, avec un scénario pareil... Et la seconde d'après, tout est chamboulé, on sort de là en transe, hypnotisé par le génie d'Hitchcock. Pour sûr, les films ont vieilli, mais ils restent tout à fait regardables, et même, à regarder absolument !


You May Also Like

0 commentaires