Away from home

by - 8.11.14


Avez-vous déjà été loin de chez vous ? Loin, pour une période plus ou moins prolongée, à des centaines voire des milliers de kilomètres de ce que vous appelez "la maison" ? Et c'est quoi, votre maison, votre chez-vous ?

Je suis personnellement en plein dans un échange linguistique d'un an, programme high school, immersion en anglais au fin fond des Etats-Unis, dans l'Idaho pluvieux mais coloré. Comme beaucoup d'autres avec moi - peut-être avez-vous vu fleurir sur Facebook nos pages, racontant nos petites aventures au quotidien. Certains y vont dans le détail, d'autres moins. Je reste une adepte de "raconter uniquement les choses pour le moins exceptionnelles et/ou stéréotypées des US". Mais passons. 

Ma question est donc, avez-vous déjà été loin de chez vous ? C'est dans ce genre d'échanges que l'on se rend compte ce que, premièrement, le mot "maison" signifie. D'aucun diront que la maison, c'est là d'où on vient, mais je ne suis pas entièrement d'accord. D'autres pourraient rétorquer qu'on ne se sent pas forcément chez soi à l'endroit d'où on vient. Que justement, c'est pour ça qu'on voyage. De mon point de vue, c'est un peu des deux. La maison, c'est l'endroit qui nous manque lorsqu'on voyage. C'est le lieu duquel on est fier, duquel on parle aux autres avec un sourire et des étoiles dans les yeux parce que quand même, ça nous manque un peu. N'importe quoi peut vous rappeler la maison ! De la nourriture (surtout), des gens, des paroles, des habitudes, la météo, etc. 

Deuxièmement, être loin de chez soi pour une longue période évidemment, c'est dur. C'est même épuisant. C'est abandonner tout ce qu'on connaissait, tout ce à quoi on était habitués. On bouscule tout notre quotidien pour s'en créer un nouveau, qui ne sera ni meilleur ni moins bien, juste différent. Le décalage horaire et l'éloignement peuvent créer un grand gouffre entre chez soi et le nouveau chez soi. Mais après tout, l'on sait que l'on reviendra. Raison de plus pour profiter à cent pour cent de cette nouvelle vie, cette aventure. Une sorte de parenthèse dans une vie rythmée et routinière - même si vous êtes le plus grand des aventuriers, on ne se rend pas compte à quel point les habitudes sont ancrées en nous, on ne les remarque même plus, jusqu'au jour où on est forcé de les changer. 

Jolie définition

Quoique celle-là soit sympa aussi...!
Vivant moi-même donc l'expérience d'être loin de chez moi, je sais à quel point c'est difficile certains jours. En plus de ma famille, mes amis, mon amoureux (les gens quoi), mes habitudes en elles-mêmes me manquent : les bousculer autant est un grand changement, c'est déstabilisant, décontenançant. On ne sait pas trop quoi faire : s'en créer des nouvelles le plus vite possible ou rester en recul, attendre, observer ? 

Même si je suis loin d'avoir fini cet échange, et je suis encore loin de rentrer chez moi - il me reste encore sept longs mois. Longs mois ? Oui, sept merveilleux longs mois desquels je dois profiter ! Et déjà, même si l'échange n'est pas terminé, je me sens grandir, je me sens retenir des leçons. Je me sens devenir plus forte de cet éloignement, je me sens devenir plus patriote aussi - on ne se change pas. J'apprécie les petits détails qui me manquent que ma maman m'envoie par colis, des choses que j'étais habituée à avoir tous les jours, et voilà que je les rationne maintenant ! 

L'échange nous apprend, il nous apprend à désapprendre notre monde et à le reconsidérer sous un nouvel angle. 

Et vous, donc, êtes-vous aussi loin de chez vous ? Quelles sont vos réactions par rapport à l'éloignement de la maison ? Share !

You May Also Like

1 commentaires

  1. Etant expat, nous changeons régulierement de pays et à force on se sent chez soi des qu'on a posé nos valises et installé toutes nos affaires :). Nous avons donc un chez nous en france mais aussi ici au Congo!

    RépondreSupprimer