Bruxelles ma belle

by - 23.3.16



C'est comme si on s'y attendait. C'est comme si on l'avait vu venir, qu'on savait que ça allait arriver, comme une machine, comme si c'était déjà devenu une habitude.

Mais quelle horrible habitude. Serait-on déjà acclimaté à cette atmosphère de terreur ? De vivre à moitié dans la peur, tout en ne faisant pas grand chose, parce qu'après tout il n'y a rien à faire ?


Allons-nous pour longtemps encore pleurer nos morts une fois tous les quatre mois ? La cadence s'intensifie. C'est de plus en plus fréquent.

Tout comme pour New York il y a 15 ans, tout comme pour Madrid, Boston, Paris, mon coeur saigne maintenant parce que ma ville, ma nation bien-aimée, a subi le même sort. Lâchement, deux crétins se sont fait sauter, parce qu'ils n'avaient rien trouvé de mieux à faire que de blâmer l'Occident tout entier pour leurs malheurs.

Ma jolie Bruxelles a été meurtrie, tout comme ces autres villes d'Europe. Des innocents sont morts. Ma première pensée a été de me dire "Encore ... ?". Puis de m'effrayer moi-même à cette simple idée. Encore ? On ne peut pas se laisser dire "Encore". Il faut combattre. Je reconnais que les forces de l'ordre fassent un travail déjà admirable. Mais dans nos coeurs, dans nos âmes, on ne peut se résigner au fait qu'ils sont là, qu'ils nous agressent dans nos vies, dans nos joies, qu'ils nous fassent verser des larmes.

Combattre, par la fierté et la dignité. Nous les Belges, on dit toujours qu'on est des petits marrants. Hier en ce 22 mars, j'ai doucement souri, à la vue de tweets, de caricatures qui utilisaient l'humour comme arme ultime, la lame la plus affûtée. Dans la douceur d'un sourire, on les envoie paître loin, très loin. On leur montre que jamais ça ne nous attendra dans nos coutumes, dans nos traditions, dans nos vies, dans nos joies, nos peines, nos valeurs. Ils ont enlevé des vies, et nous y pensons ce soir, demain, et encore après-demain, en ces jours de deuil. Mais on ne pleure pas la Belgique. Elle est toujours là, fière, forte. Un jour, ça cessera, j'en suis convaincue. Quand ils comprendront que leur haine et leurs actions ne servent à rien, sauf à nous rendre encore plus forts


 Comme a dit Gui-Home, un humoriste namurois en herbe, "Hier était une journée noire. Aujourd'hui, elle est déjà un peu plus noire-jaune-rouge..."


You May Also Like

0 commentaires